Interview avec Yves Cedric NTSAMA, Ex-VIF 2013 et Fondateur d'ECOLIA Labs

 

Yves Cedric NTSAMA est un jeune camerounais, ancien volontaire international de la Francophonie de la promotion 2013, il a travaillé pendant 1 an à l’antenne de l’AUF à Sofia (Bulgarie) comme Assistant à la mise en place du projet BASAR. De retour dans son pays natal le Cameroun, il a fondé une association ECOLIA Labs, dont l’objectif est de promouvoir l’usage des TIC dans l’éducation en Afrique. Nous l’avons rencontré, et il nous décrit en détails son implication dans le Projet BASAR et les actions qu’il mène à travers ECOLIA Labs.

 

Bonjour Yves, peux-tu nous parler de ton parcours et de tes projets actuels ?

J’ai toujours depuis le lycée développé un vif intérêt sur les nouvelles technologies. Après l’obtention de mon baccalauréat en 2002, je me suis inscrit à l’Université de Yaoundé I où j’en ressors avec un Master en Informatique en 2007. J’ai travaillé en Freelance pendant 3 ans, mais toujours avec un désir accru de partager mes connaissances, c’est ce qui m’a motivé à m’intéresser et à m’investir dans le domaine de l’éducation numérique.

J’ai obtenu en 2012 un Master d’Enseignement Secondaire en Informatique et Technologies Educatives de l’Ecole Normale Supérieure de Yaoundé, ce qui m’a permit de commencer à exercer comme Enseignant d’Informatique et TIC au Secondaire.

Et au courant de la même année, j’ai fondée ECOLIA Labs, une association avec pour objectif de promouvoir l’usage des nouvelles technologies en milieu scolaire.

En Novembre 2013, je suis retenu par l’Organisation Internationale de la Francophonie pour participer à son programme de Volontariat International, je suis alors affecté pendant 1 an à l’antenne de l’Agence Universitaire de la Francophonie à Sofia (Bulgarie), comme Assistant à la mise en place du Projet BASAR (Banque de Scenarii d’Apprentissage Hybrides Réutilisables et Interopérables)

De retour dans mon Cameroun Natal en Novembre 2014, Je reprends mon poste d’Enseignant, et mes activités à ECOLIA Labs, où j’essaye de mettre à profit toute l’expérience acquise durant mon mandat de volontaire.

En Septembre 2015, dans le cadre de l’Incubateur Doctoral du Projet MIRRTICE, je suis diplômé de l’Université de Lille 1 en Recherche pour l’Education Numérique. Diplôme qui me permet d’amorcer ma thèse de Doctorat dans le domaine des TICE, le thème de ma recherche porte sur « l’intégration des MOOC dans un cursus de formation initiale (hybride et classique) ».

 

Quels étaient les objectifs du Projet BASAR et quel a été ton rôle dans ce projet ?

BASAR (Banque de Scenarii d’Apprentissage Hybrides Réutilisables et Interopérables) est un projet porté par le Bureau Europe Centrale et Orientale de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF-BECO). Il poursuit deux grands objectifs :

  • Former et assister les enseignants francophones des régions Europe Centrale et Orientale, Maghreb et Moyen Orient à la rédaction de leurs scenarii d’apprentissage hybrides.
  • Mise en place et alimentation d’une banque par des scenarii conçus et réalisés par les enseignants dans un format standard et interopérable. (IMS-LD, SCORM –SS, MLR...)

 

Mon rôle dans ce projet a été de :

  • Concevoir et développer un espace web multilingue accueillant une base de données permettant la mutualisation des scénarii conçus et réalisés par les enseignants des trois régions. L’espace web est constitué de 3 plateformes : le site web institutionnel du projet, un réseau social et un Espace Numérique de Travail (ENT),
  • Assurer le suivi administratif et financier du projet,
  • Appuyer la logistique à l’organisation événements (formations, séminaires, concours, ...). Une dizaine de formations ont été organisées dans le cadre du projet,
  • Déployer un outil informatique de gestion de projet,
  • Administrer l’espace web du projet.

 

 Pourquoi avez-vous décidé de postuler au programme de volontariat international de la Francophonie ?

Pour deux raisons essentielles:

  • Après mes études au Cameroun, très entreprenant et très ambitieux, j’ai fondé une association spécialisée dans les technologies éducatives dénommée ECOLIA Labs, nous mettons notre expertise au sein de cette association pour stimuler et accompagner l’innovation technologique dans l’éducation et le développement au Cameroun et en Afrique; Mais en fin de compte j’avais comme un goût d’un ingrédient qui manquait pour me sentir suffisamment armé et être un véritable acteur de changement. Cet ingrédient c’était de voyager, aller loin de mon pays pour découvrir ce que font d’autres jeunes comme moi pour faire bouger les choses autour d’eux, acquérir une grande aptitude à collaborer en milieu international dans un climat d’échange et de dialogue et surtout dans le respect de la diversité culturelle.
  • La deuxième raison concerne le projet BASAR en lui-même : ce projet correspond très exactement aux actions que souhaitais mener ECOLIA Labs, et donc être retenu pour ce projet me donnais l’occasion de toucher du doigt les réalités et les exigences inhérentes à la mise en œuvre et à la réussite de tels projets au sein de notre organisation.

 

Vivre une expérience de mobilité internationale vous a-t-il semblé être une opportunité unique ? Pourquoi ?

Une opportunité unique ? Je ne pense pas qu’elle soit unique ! Mais par contre cette expérience nous donne des arguments de poids qui passent difficilement inaperçus sur nos CV. Après il en revient à chacun d’utiliser ces savoir-faire et savoir-être à bonne escient pour se faire une place parmi les leaders de nos différentes communautés.

 

Quelles sont tes principales réalisations à travers ECOLIA Labs  ?

ECOLIA Labs est une petite association avec une grande mission, celle de stimuler et d’accompagner l’innovation technologique dans l’éducation et le développement au Cameroun et en Afrique (un peu Utopique – rire !!!), nous avons à notre actif initié plusieurs projets innovants : une collection de jeux éducatifs multimédia, pour aider les jeunes apprenants des écoles maternelles et primaires à remédier à leurs difficultés d’apprentissages par le jeu ; Un laboratoire virtuelle de sciences naturelles et expérimentales pour donner la possibilité aux enseignants de physique et chimie et à leurs élèves, de faire des expérimentations, ceci est une réponse aux manques de Laboratoires physiques dans nos écoles, des laboratoires couteux et néfaste pour l’environnement ; … et plusieurs autres projets. A côté de cela nous organisons régulièrement des évènements tels que des barcamps, des séminaires et conférences sur des thématiques liées aux TICE, le but étant de sensibiliser les acteurs de l’éducation au potentiel innovant des TICE.

 

En quoi l’expérience de volontariat vous aide à atteindre votre vision à travers ECOLIA Labs ?

Le volontariat est avant tout un acte de d’engagement désintéressé, à travers lequel nous prônons des valeurs de partage, de solidarité, de tolérance et de respect de la différence. Il est vital pour nous de rester attaché à ces valeurs, si nous voulons être de véritables acteurs de changement au sein de notre communauté. Ces valeurs sont prépondérantes dans les actions que nous menons à travers ECOLIA Labs.

Mais l’une des plus grandes richesses de cette expérience est d’avoir collaboré avec des personnes que je n’avais jamais imaginé rencontrer, des personnes qui m’ont beaucoup motivé pendant ma mission et qui me soutiennent dans mes projets, l’humilité et la grandeur de ces personnes m’inspirent beaucoup.

 

Quels conseils prodigueriez-vous à un jeune qui souhaite devenir volontaire international de la francophonie ?

Je proposerai à tout jeune ceci :

Il faut être ambitieux,

Il faut rêver,

Il faut oser,

Et par-dessus tout !!! il faut être patient.

Comme on dit chez moi au Cameroun ‘’C’est le travail qui paye !!!’’.

 

Source : Site de l'IFIC : ific.auf.org

 STATS

30+

BARCAMPS ET ATELIERS CO-CRÉATIFS

4+

PROJETS PRÉ-INCUBÉS

1+

LIVRE BLANC PUBLIÉ

 200+

PERSONNES FORMÉES

TOP